Eye tracking, utile pour l’UX Designer ?

L’eye tracking est un test de suivi d’oculométrie qui permet d’améliorer l’ergonomie de votre projet UX Design. En quoi consiste cette méthode et quels en sont les avantages et les inconvénients ? Faisons le point.

En quoi consiste l’eye tracking ?

Analyser ce que regarde l’utilisateur avec l’eye tracking

L’eye tracking ou oculométrie est une technique qui consiste à enregistrer les mouvements des yeux d’un utilisateur lors de sa navigation sur un site web.

Les données récoltées sont enregistrées, récoltées et analysées. Il en ressort alors une image graphique qui détermine les zones de l’interface les plus visuellement sollicitées par l’internaute. En UX Design, l’utilisation de cet outil d’observation du comportement de l’utilisateur permet de déterminer les zones clés à mettre en exergue sur votre interface.

Principalement mis en place lors d’une phase de test de comparaison de sites prototypes, l’eye tracking doit répondre à des règles précises afin d’obtenir des résultats pertinents. Tout d’abord, le test doit être effectué dans des conditions réelles afin que le comportement de l’utilisateur agisse de la manière la plus spontanée qu’il soit.

Ainsi, les résultats en seront fidèles et représentatifs des zonings dans lesquels les éléments importants de votre site doivent se situer. La carte de chaleur ainsi réalisée sur la base des données recueillies permet d’avoir un aperçu des zones les plus impliquées dans l’attirance de l’attention des utilisateurs durant la phase de test, mais aussi les parties de l’interface qui sont visuellement ignorées.

Comment se déroule l’eye tracking test ?

Le test se déroule durant les différentes étapes de tests de vos prototypes. Qu’il s’agisse d’une interface de site web ou d’une application mobile, l’utilisateur est placé individuellement devant l’outil à tester. L’objectif est de faire en sorte que l’utilisation de l’outil digital soit spontanée et non guidée.

Tout en sachant qu’en règle générale, la durée moyenne allouée à une page internet est de 8 secondes, il est primordial de laisser le testeur libre cours à sa navigation afin d’obtenir des données fiables. En matière de méthodologie, le test se fait rapidement avec la présence de moins de 10 échantillons d’utilisateurs cibles.

Quels sont les avantages de la méthode de l’eye tracking ?

L’eye tracking est un procédé très utilisé dans tous les domaines du web et en particulier en UX Design. La méthode présente également de nombreux avantages.

D’une part parce que les données issues des tests d’oculométries sont fiables. En effet, dans la mesure où la manière de récolter les data résulte d’une activité naturelle, c’est-à-dire celle de l’utilisateur, les analyses mesurées sont alors pertinentes en ce qui concerne le comportement de l’utilisateur, mais aussi l’usabilité de l’interface ainsi que les attentes et les erreurs lors de sa manipulation.

D’autre part, le second avantage de l’eye tracking est sa précision en ce qui concerne l’analyse des données issues des comportements des utilisateurs durant la phase de test. De ces expériences, on en tire soit une carte de chaleur des zones sur lesquelles le testeur a posé son regard, soit un film qui retrace chaque mouvement de son regard, soit un itinéraire relatant le cheminement de ses yeux à travers la session de navigation.

Mais à quoi vont servir toutes les datas récoltées ? En UX Design, les tests utilisateurs sont des étapes incontournables dans la réalisation d’un projet digital.

Toutes les représentations des données dégagées de l’eye tracking, quel que soit leur format, vont permettre de finaliser votre réalisation en apportant les améliorations nécessaires au projet. Par exemple, la méthode va permettre de réorganiser les éléments essentiels du site, la guidance de l’utilisateur dans un menu plus ergonomique, l’emplacement les blocs d’images et contenus, ou encore, la définition des endroits stratégiques pour le placement des boutons d’appel à action.

Quels sont les inconvénients de l’eye tracking ?

Bien que la méthode apporte une précision en ce qui concerne les points les plus visuellement percutants tout au long de la navigation sur l’interface, l’eye tracking ne fournit pas d’information réelle quant à l’expérience utilisateur en elle-même.

En effet, le test n’indique pas si le prototype de l’interface satisfait l’échantillon d’internautes ni la facilité de mémorisation des informations relatives au contenu du site.

D’autre part, il arrive que, lors du test, l’utilisateur ne suive pas correctement les consignes à suivre afin d’assurer le bon déroulement du test. Dans ce cas, il est donc inévitable que les données récoltées puissent désorienter l’analyse statistique de l’eye tracking.

De plus, le regard peut être attiré avec insistance sur un élément sans que ce dernier ait une réelle pertinence pour le test ou pour l’amélioration ergonomique de l’interface sur laquelle porte votre projet. Pour pallier ce phénomène, veillez à fournir des consignes très précises et à augmenter le nombre d’échantillons pour lisser la moyenne de vos données statistiques.

Dans tous les cas, l’eye tracking est une méthode de test utilisateur efficace et permet d’apporter des améliorations ergonomiques à votre projet UX Design. Simple et rapide à installer, ce procédé est aussi peu onéreux et facile à organiser.

Réalisée à distance ou en présentiel, l’accessibilité à l’interface à tester permet de recruter le juste nombre de participants pour que les résultats soient significatifs.

Source